Du PPC au PPA

Alors que je décriais le modèle publicitaire il y a quelque temps (voir à ce sujet mon précédent billet), voici que la polémique gronde autour du modèle publicitaire de l’internet, le fameux PPC (Pay-Per-Click). A l’heure où Google est devenu la plus grosse régie publicitaire au monde (grâce à ses programmes publicitaires AdWord et AdSens), une nouvelle forme de pratique frauduleuse vient ternir le tableau : le Click Fraud.
Explications : Lorsque vous souhaitez annoncer sur le web, vous achetez des mots-clés sur le principe des enchères chez Google, ce dernier se charge d’afficher votre message publicitaire (soit sur ses pages de résultats, soit sur les pages de ses affiliés). Le problème est que cela coûte cher et que les annonceurs fixent généralement de limites pour ne pas griller trop de budget. Et c’est là où le click fraud entre en jeux. Admettons que vous êtes quelqu’un de peu scrupuleux, qu’est-ce qui vous empêche de mettre en place un robot qui va systématiquement cliquer sur les bannières de vos concurrents pour leur faire atteindre leur limite de budget dès les premiers jours d’un mois ? Comme cela, leur visibilité est nulle pour la fin du mois et du coup la “valeur” d’un mot clé baisse mécaniquement. Redoutable ? Oui, surtout lorsque Google fait la sourde oreille et continue de facturer les annonceurs comme si cette pratique n’existait pas. Je vous recommande à ce sujet le très bon article publié sur Wired : How Click Fraud Could Swallow the Internet.
Face à cette menace grandissante (dans l’article il est question de logiciels en vente libre sur le web spécialement conçus pour exécuter ces basse besognes), certains acteurs comme le moteur de recherche Snap se sont positionnés sur un autre type de modèle de revenus : le PPA (Pay-Per-Action). Le mot-clé y est certainement beaucoup plus cher, mais l’annonceur n’est facturé que si le clic génère une action prédéfinie (vente, enregistrement, inscription…).
Cela devait forcément arrivé, chacun voulant croquer sa part du formidable gâteau qui fait la fortune de Google et qui selon certains déséquilibre le rapport de force entre annonceur (ceux qui publient du contenu) et les moteurs de recherche (ceux qui en tirent de la valeur) : Search Engines as Leeches on the Web.
Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait, mais il y a fort à parier que MSN doit être en train de se poser pas mal de questions à ce sujet avant de lancer officiellement son propre modèle pour venir concurrencer ceux de Google et de Yahoo!.
Et vous ? Avez-vous déjà constaté / été victime de ce genre de pratiques frauduleuses ?
Sources: Zdnet.fr frederic Cavazza

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :