Archive

Posts Tagged ‘emarketing’

Ces marques de luxe qui se révèlent être des génies en stratégie internet

5 novembre 2009 1 commentaire

LuxuryLab offers an interesting study about Internet strategy of top 109 luxury brands among 11 categories like fashion, jewelry, automobiles and hotels. It considers 4 main criterias: Search Engine Optimization effectiveness, brand translation, leveraging the medium and social media. To discover the complete study, click here.

Pour consulter notre article complet « Quelle stratégie web pour les marques de luxe? », cliquez ici.

LuxuryLab nous propose une étude intéressante qui répertorie les 109 plus importantes marques de luxe dans un classement, qui évalue la qualité de leurs stratégies internet et leur utilisation des nouvelles technologies, en termes de marketing interactif et de génération de trafic.

Voici les critères d’évaluation utilisés afin de déterminer si la marque est un « génie », «  doué » ou « médiocre » au niveau de sa stratégie web :

Efficacité en Search Engine Optimization

  • Trafic
  • Pertinence des mots clés
  • Dynamisme sur le web (nombre de liens vers le site, Google page rank…)

Brand translation

  • L’esthétique
  • Contenu et courriels (contenu qui engage l’utilisateur et renforce l’image de marque)
  • Communication sur le patrimoine et la citoyenneté de la marque

Qualité du site

  • Technologie du site
  • Interactivité
  • Expérience utilisateur et service client

Médias sociaux

  • Facebook
  • Twitter/Youtube
  • Présence sur le web (buzz, mentions dans les sites comme Technorati et Digg)

D’après ces critères, voici les marques qui apparaissent en tête du classement Lire la suite…

Publicités

Assassiner virtuellement ses amis, la nouvelle tendance virale ?

2 novembre 2009 3 commentaires

To virtually kill your friends seems to be the new trend in buzz creation. 13ème rue, a french channel launched, in association with the agency EuroRSCG, a website called jetueunami.com (Iamkillingafriend.com traduced in English). Upload a photo of your friend, choose a hired killer and look at the video of the virtual murder. This video will be sent to your friend, who could investigate to find his murderer.A website created by Publicis Montreal for Ubisoft Canada uses the same “game” to promote the new video game Assassin’s Creed II. Missionassassin.com permits users to connect their Facebook accounts to choose friends they want to kill in the game.The question is: Except the outstanding work on website’s design and intuitive navigation, are these websites ethical?

Le principe est plutôt glauque et pas mal controversé sur la toile suite à la sortie du microsite Jetueunami.com lancé pour promouvoir la chaîne française 13ème rue. tuerami

Voici un slogan plutôt anodin pour la promotion d’une chaîne de télévision. Cependant, l’agence EuroRSCG qui a misé sur une campagne très virale a tout à fait remporté son pari.

Jetueunami.com vous propose purement et simplement de Lire la suite…

What the f**k is social media?

Picture-11

C’est avec plaisir que nous relayons un post du blog de Michelle Blanc qui nous commente une présentation de Martha Kagan de Brandinflitration. Intitulée « What the f**k is social media? », cette présentation donne un aperçu des atouts que possèdent les médias sociaux et de leur importance grandissante sur le web. Ils deviennent un moyen de communication incontournable pour toute entreprise puisqu’ils représentent un service « all in one ». En effet, ils permettent une visibilité de l’entreprise, un service client de premier rang, un bon moyen de fidélisation, la création de nombreux contacts et bien sur la conquête de nouveaux clients.

Voici le lien vers la présentation en images:

wtfissocialmedia5-090716070117-phpapp01

Mais attention ! Les médias sociaux ne sont pas un nouvel endroit où injecter les publicités habituelles.  Ils permettent un nouveau type de marketing et de publicité. Là où la « campagne » est remplacée par la « conversation». Comme le dit Martha Kagan, cela doit être un dialogue, non pas un monologue. Or, actuellement,  les entreprises pensent encore que communiquer revient simplement à mettre un numéro de téléphone ou une adresse courriel sur une publicité et attendre que les commandes arrivent. Martha Kagan met notamment en avant le problème des courriels que les grandes compagnies envoient à leurs clients avec la mention « Do not reply », qu’elle traduit très justement par « Nous voulons vous parler. Mais nous ne voulons pas de réponse de votre part. A moins que vous vouliez passer une commande, dans ce cas, cliquez ici. ». Exemple criant du besoin de renouveau de la communication commerciale qui peut être amorcée par les médias sociaux. Cette présentation incite donc les entreprises à utiliser les réseaux sociaux à bon escient. Sur son blog, Michelle Blanc nous a traduit quelques « perles de cette présentation » que voici :

• Les médias sociaux sont le bouche-à-oreille sur stéroïde
1382% est la croissance mensuelle de Twitter depuis janvier 2009
93% des utilisateurs des média sociaux s’attendent à ce que les entreprises y soient présentes
• Ce qui ne veut pas dire que 93% de ces utilisateurs s’attendent à y lire la merde traditionnelle des communications d’entreprises
Arrêtez de penser « campagne » et commencez à penser « conversation »

Lire l’article de Michelle Blanc au complet

Twitter or not Twitter?

Le principal problème de Twitter est que les gens ne savent pas à quoi cela sert réellement…140 caractères, ok ! Mais pour raconter quoi ? Est-il vraiment important de savoir en temps réel que notre ami Brian a pris un café sans sucre ce matin ? A propos, il est où Brian ? Si vous le savez, écrivez-nous 🙂

Plus sérieusement, nous avons relevé un article très intéressant publié par Infopresse du 12 Juin dernier qui révèle à quel point Twitter est méconnu au Canada. On y apprend en effet que 74% des internautes canadiens disent ne pas connaître Twitter. Le taux est encore plus troublant au Québec où seulement 7% des internautes déclarent connaître ce réseau social.

En fait, comme le montre cette autre étude de l’agence Harris Interactive effectuée aux Etats Unis, les internautes  ne perçoivent pas la réelle utilité du microblogging. D’après les graphiques ci-dessous, 69% des utilisateurs ne connaissent pas assez bien le site pour exprimer leur avis sur Twitter. Quand on interroge les professionnels du marketing, ils sont mieux informés sur Twitter mais ils ne sont que 45% à penser que le microblogging à un avenir plutôt prometteur.

harris-interactive-linkedin-opinion-twitter-effectiveness-us-adults-july-2009harris-interactive-linkedin-twitter-effectiveness-advertisers-july-2009

De plus, quand on les interroge sur l’efficacité de Twitter comme outil de promotion d’idées et de produits, les avis sont très mitigés. Comme nous pouvons le voir dans ce tableau, 24% le trouvent peu efficace et 8% seulement le considèrent comme très efficace.

harris-interactive-effectiveness-twitter-consumers-advertisers-july-2009

Autre fait impressionnant, une étude de Ragan Communications et PollStream révèle que 54% des professionnels de la communication pensent que Twitter est un effet de mode et que le nombre d’utilisateurs atteindra un certain seuil puis déclinera.

En date d’aujourd’hui, on peut en conclure que Twitter n’a pas vraiment une bonne réputation auprès des marketers ; mais ne nous affolons pas : Twitter est encore jeune, il n’en est qu’a ses balbutiements et la croissance vertigineuse de son trafic est son meilleur atout..

En ce qui concerne la notoriété de Twitter auprès des utilisateurs, nous pensons que tout le monde a entendu parler des gazouillements du microblogging mais très peu peuvent expliquer en quoi consiste clairement Twitter.

Même si Kevin Spacey est très convaincant dans son argumentation sur Twitter (cf. Notre précédent post), nous vous proposons néanmoins une vidéo de http://www.commoncraft.com. Très simple et très visuelle, elle vous sera certainement très utile si vous souhaitez expliquer Twitter à votre grand-mère ou à toute personne qui semble réfractaire au concept :

Pour compléter le tableau, une autre récente étude révèle qu’environ 50% des professionnels du marketing et du management utilisent Twitter comme outil de communication au travail. De plus, ils sont de plus en plus nombreux à s’informer via les réseaux sociaux… Alors Twitter est loin d’avoir dit son dernier mot, même si certains le prétendent déjà « has been ».

dma-headmix-collaboration-tools-employees-using-work-may-2009dma-headmix-rate-understanding-social-networking-may-2009Chez Synchronism, nous avons choisi notre camp : on tweet et on retweet avec plaisir entre nos équipes des bureaux de Montréal et Rabat. Notre activité sur Twitter est désormais réelle même si récente. Alors suivez nous!

Catégories :Réseaux sociaux, Twitter

Que penser de l’accord entre Microsoft et Yahoo ?

Et oui… ce partenariat tout le monde en parlait et tout le monde s’y attendait plus ou moins depuis des mois. Il a finalement eu lieu le 29 juillet 2009 pour une durée de 10 ans, mais il ne sera officiel que dans le courant de l’année 2010 puisqu’il faut attendre que les autorités américaines de la concurrence donnent leur accord.

Les 10 points à savoir sur cet accord :

  1. L’accord porte exclusivement sur la recherche et les recettes publicitaires du Search (les liens sponsorisés  et la publicité via les moteurs de recherche) et non sur la publicité display (publicité classique par bannières) et les produits concurrents comme les messageries par exemple. Cela limite les risques de monopole.
  2. C’est le moteur de recherche de Microsoft « Bing » qui sera utilisé sur les sites de Yahoo.
  3. En retour, Yahoo met à disposition de Microsoft sa régie commerciale et sa technologie de recherche.
  4. Yahoo avait déjà utilisé un index autre que le sien : Google entre 2000 et 2004.
  5. C’est Microsoft qui dirigera l’activité des liens sponsorisés des deux groupes avec sa plateforme AdCenter.
  6. Microsoft reversera 88% des revenus du « Search » à Yahoo, générés via les sites de celui-ci, pendant les 5 premières années de l’accord.
  7. Yahoo espère donc économiser 200 millions de $ avec la suppression de ses activités en recherche et développement et en maintien de son index. De plus, elle espère une augmentation de 500 millions de $ de son chiffre d’affaires annuel d’ici 2 ans.
  8. Le but premier de cet accord est clairement de limiter l’influence de Google
  9. Quelques chiffres : En juin 2009, les parts de marché, aux Etats-Unis, des moteurs de recherche étaient de 74% pour Google, 16% pour Yahoo et 6,5% pour Bing. De plus, Google représente 65% des recherches mondiales contre 28% pour le duo Yahoo-Microsoft. (chiffres Comscore)
  10. En 2008, Yahoo avait refusé une offre de rachat de 47,5 milliards de dollars proposé par Microsoft

De nombreux avis… assez mitigés !

Cet accord devrait permettre à Bing de devenir le second moteur de recherche après Google.  Cependant, beaucoup pensent que Google n’a pas à s’inquiéter de cet accord étant donné la confortable avance qu’il possède sur ses concurrents. C’est le cas notamment à propos du chiffre d’affaires des activités « Search » où le cumul de ceux de Microsoft et Yahoo réunis est toujours nettement inférieur à celui de Google.  Il leur faudra donc faire beaucoup d’efforts s’ils veulent inquiéter le leader incontesté des moteurs de recherche.

D’après Mike Davis, analyste senior chez Ovum Consulting, Bing n’est pas un « Google killer », il doit encore être approfondi face aux algorithmes de Google.  Et puis, les plateformes Google Adwords et Adsense sont solides face à la solution AdCenter de Microsoft.

La bataille Yahoo-Microsoft contre Google ne fait donc que commencer officiellement. Google devrait rester le roi de la Silicon Valley pour le moment, même si certains pensent que la tendance s’inversera avec le temps. Les premiers champs de bataille seront les Etats-Unis et l’Europe. N’oublions pas que les moteurs de recherche asiatiques, comme Baidu en Chine et Naver en Corée du Sud ont leur mot à dire à l’échelle internationale.

Le sujet le plus polémique reste le réel but de cet accord. Certains pensent que Microsoft n’a jamais perdu de vue son premier objectif qui est de racheter Yahoo. De manière générale, Microsoft est vu comme le grand gagnant de cette opération. Yahoo qui enregistrait déjà une baisse de 13% de son chiffre d’affaires au 2nd semestre 2009 semble, selon certains avis, avoir fait une erreur colossale, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un accord de 10 ans dans ce domaine n’a pas vraiment de sens, de plus, si Microsoft romps l’accord, il récupérera ses technologies et laissera Yahoo plus démuni que jamais. Offrir sa technologie à Microsoft est une maladresse en raison des différences culturelles et géographiques entre les deux entreprises. Yahoo étant basé à la Silicon Valley (San Francisco) et Microsoft en banlieue de Seattle. Le gros risque est que bon nombre des employés de Yahoo  postulent chez Google, également implanté dans la Silicon Valley. Cela serait donc un bénéfice total pour Google qui profiterait du savoir faire de Yahoo, son principal concurrent actuel. Yahoo offre également à Microsoft le gros avantage d’entrer dans l’arène des moteurs de recherche sur internet sans dépenser des millions de dollars.  C’est alors que l’on en vient à se poser des questions sur le gain de Yahoo ? Réalisera-t-il vraiment des économies ? Son index sera t’il délaissé ou intégré à Bing ? Va t’il être finalement racheté par Microsoft à court terme ?

Et vous ? Vous le voyez sous quel angle cet accord ?

Positivement pour Microsoft-Yahoo ?

ms-yahoo1

Sans inquiétudes pour Google ?

6a00d8341c52a953ef00e550256b2d8833-640wi

Intimidant pour Google ?

97268

Ou bien très positif pour Microsoft ?

microsoft-yahoo

Mais peut être vous attendez vous  à une réplique de Google, passant un accord avec Apple puisqu’il à besoin d’applis de qualité pour toujours améliorer ses services. En face,  Apple recherche une infrastructure web pour y mettre ses applis, vraies stars mondiales du web… Alors même si Steve Jobs demande à Eric Schmidt de quitter le conseil d’administration d’Apple pour préserver ses secrets de fabrication, il ne s’agit peut-être que d’une simple diversion en attendant les grandes manœuvres…

apple-vs-google_2

La parole est à vous !

Sources photos: http://bigpicture.typepad.com; http://cybernetnews.com; http://thenextweb.com;

http://technaute.cyberpresse.ca

Sources: techcrunch.com, nouvelobs.fr, itexpresso.fr, technaute.cyberpresse.ca, journaldunet.com

Catégories :Google, Moteurs de recherche
%d blogueurs aiment cette page :